J’ai aimé toutes les parties de toi, même ton ombre

Tour à visage -porte Ouest d'Angkor ThomJ’ai aimé toutes les parties de toi, même ton ombre
Je t’ai aimé plus que moi-même et je sombre
J’ai voulu nous donner la vie
Tu m’as donné la mort
Oui, je meurs et pourtant, une partie de moi t’aime encore.
Une partie de moi aime toujours l’illusion que tu m’as offerte d’adorer

Nos deux ailes s’éparpillent
Et je n’ai plus envie
Plus envie de dire à quel point tu es le Mal
Plus envie de dire à quel point j’ai aimé ton illusion
A quel point j’ai aimé ta chimère de fusion

Tu es fou, et je suis folle de t’avoir donné mon âme.

Oui, là est ma faute

Ta fin est annoncée, et pourtant…
Pourtant je n’en retire aucune joie
J’aimerais tellement pourtant
Tellement également revenir en arrière
Et simplement continuer mon chemin sans t’accorder le moindre regard.

Tu ne mérites que l’opprobre.
Ce déshonneur que tu commences à connaitre, peut-être.
Cette honte que tu liras dans les yeux de tes proches, de tes voisins, de tes patients.
Demain.

17 janvier 2010

J’ai aimé toutes les parties de toi, même ton ombre

Je t’ai aimé plus que moi-même et je sombre

J’ai voulu nous donner la vie

Tu m’as donné la mort

Oui, je meurs et pourtant, une partie de moi t’aime encore.

Une partie de moi aime toujours l’illusion que tu m’as offerte d’adorer

Nos deux ailes s’éparpillent

Et je n’ai plus envie

Plus envie de dire à quel point tu es le Mal

Plus envie de dire à quel point j’ai aimé ton illusion

A quel point j’ai aimé ta chimère de fusion

Tu es fou, et je suis folle de t’avoir donné mon âme.

Oui, là est ma faute

Ta fin est annoncée, et pourtant…

Pourtant je n’en retire aucune joie

J’aimerais tellement pourtant

Tellement également revenir en arrière

Et simplement continuer mon chemin sans t’accorder le moindre regard.

Tu ne mérites que l’opprobre.

Ce déshonneur que tu commences à connaitre, peut-être.

Cette honte que tu liras dans les yeux de tes proches, de tes voisins, de tes patients.

Demain.

Publicités